Vue d'Ectot l'auber

Présentation d'Ectot l'auber

Situation

Cliquez pour situer avec Google maps Pour situer ECTOT L'AUBER très précisément utilisez le lien sur Google maps
Vous pourrez constater sa situation :
  • au coeur de la Seine Maritime
  • à proximité de nombreux moyens de communication.
Les routes les plus importantes :
  • Autoroute A29 Le Havre-Amiens
  • RN 29 vers Yvetot ou Tôtes puis N27 (2x2 voies) vers Dieppe
  • D142 Pavilly/Barentin puis A150 vers Rouen
Les Gares SNCF à proximité (ligne Paris-Le Havre)
  • Yvetot
  • Motteville
  • Pavilly et Barentin

Géographie

Au sommet du plateau cauchois

Certains villages sont contraints de s'adosser à une paroi rocheuse, s'agglomèrent le long d'une route, d'un cours d'eau, d'un pont ou d'un carrefour.
Ici, sur la vaste étendue du plateau cauchois, aucun obstacle. Le village a "pris ses aises" pour se développer au gré des envies ou des besoins des habitants en formant 3 hameaux:
le Village, le Mesnil etBennetot.

Situé à 185m d'altitude, le village est au sommet du plateau cauchois à tel point que les eaux pluviales s'écoulent :
- pour certaines en direction de la Saâne, petit fleuve qui se jette dans la Manche à Quiberville sur mer
- pour les autres en direction de le rivière l'Austreberthe, qui elle, se jette dans la Seine.

Population

Comme l'indiquent les chiffres ci-dessous, la population d'Ectot l'auber a plus que doublé depuis 30 ans

Années 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
Population 241 252 330 376 430 543 587 662

Voir l'évolution de la population depuis 1793

Agriculture

Vous mangez peut-être des aliments produits à Ectot l'Auber ?
De tous temps, l'activité agricole a été la raison d'être du village avec un seul objectif: nourrir la population.
Les 5 km2 de la surface communale sont majoritairement affectés à l'élevage et la polyculture: blé, lin etc... et, de plus en plus maïs.

Quelques réflexions sur cette activité essentielle, souvent oubliée, parfois décriée...

Quelques repères:
  • au moyen âge, sur un hectare de blé cultivé on récoltait, dans les "bonnes années", environ 500 kg
  • dans les années 1970 le rendement était de l'ordre de 5 000 kg
  • actuellement il est couramment de 10 000 kg
Cette évolution considérable est due à divers facteurs:
  • la forte mécanisation de l'activité agricole
  • l'utilisation d'engrais
  • la recherche agronomique très pointue qui a mis au point des variétés de blé très productives: actuellement, sur un épi de blé il y a 10 fois plus de grains que sur les variétés cultivées au moyen-âge!
De ceci, il résulte que nous avons le privilège de vivre dans un pays où la famine n'est plus une préoccupation, ce n'est pas le cas dans tous les pays du monde. L'industrie agro alimentaire de la France exporte sa production excédentaire vers de nombreux pays, contribuant ainsi à nourrir des populations moins bien loties.

Certaines régions, en raison de leur configuration, de la nature de leur sol, sont spécialisées dans la culture, d'autres dans l'élevage.

Ici pas de spécialisation: on élève et on cultive.
Cela permet de s'adapter à la demande:
Dans les années passées, face à la surproduction laitière, la mise en place de quotas laitiers, puis la crise de la "vache folle" ont conduit à une forte diminution de l'élevage de bovins au profit de cultures céréalières. ( en France: 5.530.910 vaches laitières en 1989 3.957.858 en 2005 -29%).
Voir le site AGRESTE de la statistique agricole

Histoire

On dit que les gens heureux n'ont pas d'histoire. Les villages heureux non plus!
Ici pas de grandes catastrophes, de champ de bataille historique, rien d'épique à raconter . Son histoire se confond dans celle du Pays de Caux.
Voir la page du site Wikipedia consacrée à l'Histoire du Pays de Caux.
C'est simplement un village qui a fait son boulot depuis son origine: nourrir la population grâce à son activité agricole. Rôle banal mais essentiel. Il a occupé la population toute entière même si on trouve trace d'une activité de tissage de coton à domicile pendant quelques siècles.

Le développement rapide de la mécanisation de l'agriculture au début des années 1950, a entrainé une baisse des emplois agricoles.
C'est aussi à cet époque que commence la véritable démocratisation de l'automobile.
Des usines "Renault" s'implantent à Sandouville et Cléon. La main d 'oeuvre rendue disponible trouve à s'y employer grâce à la mise en place de cars de ramassage des ouvriers sur le Pays de Caux.

Au début des années 1970, la mise en fonction de l'autoroute A150 reliant Barentin à Rouen, apporte une premiere vague de nouveaux habitants.
La deuxième vague plus puissante que la première est apparue au milieu des années 1990 et s'intensifie actuelemment.
L'ouverture de l'A29 Le havre-Amiens ainsi que la mise à 2x2 voies de la RN27 entre Tôtes et Dieppe rendent Ectot l'auber, situé au coeur de la Seine Maritime, accessible aux bassins d'emploi de tout le département.

De ce fait, le village perd son caractère rural et à tendance à devenir une banlieue résidentielle. (68 résidences principales en 1967, 132 recensées en 1999)

Risques naturels

Ici pas de tsunami ou d'éruptions volcaniques.
Cependant on a récemment détecté quelques tremblements de terre de faible intensité dans la manche.
Les risques majeurs sont dus :
* aux marnières résultant des extractions de chaux qui ont été opérés à partir du XVI ème siècle jusque vers les années 1920.
* aux inondations provoquées par le ruisellement rapides des eaux lors des fortes précipitations
Voir l'excellent site SOS Marnières de l'Association pour la Défense des Victimes de Terrains à Risques et d'Information sur les Sites Dangereux .
Vous y verrez entre autres, des photos spectaculaires d'effondrement de marnières.

Le risque et ses conséquences vous sauteront aux yeux...
Intérieur d'une marnière cliquez sur l'image pour zoomer
Bassin de retenue d'eau

A proximité

C'est "à la campagne", mais ce n'est pas le désert. ECTOT L'AUBER est situé à environ 2 kms de YERVILLE chef lieu du canton.
Cette bourgade s'est développée en même temps que tout le Pays de Caux.
Mis à part les services "régionnaux" (hopital, préfecture etc ...), on y trouve tout ce qu'un consommateur actuel peut chercher. L'avantage est que tous ces services sont regroupés. Alors qu'en ville il faut se "transporter" d'un endroit à un autre, ici pratiquement tout se fait à pied.
Liste non limitative de ce qu'on peut trouver:

*services matériels divers
vente et réparation électroménager
vente et réparation motoculture de plaisance
opticiens, droguerie, quincaillerie
*autres services
bar, tabac, hotels, restaurants, coiffeurs
notaires, comptables,
banques, poste, impots
agence immobilière
*sercices sportifs et culturels
bibliothèque
ateliers créatifs
écoles diverses
associations sportives et culturelles
* services de santé
plusieurs médecins
pharmacien
dentiste
maisons de retraite et de soins
infirmières à domicile
ADMR aide à domicile en milieur rural
* services alimentaires
alimentation générale, boucheries charcuteries,
boulangeries, légumes etc super marché
*services automobiles
garages: réparation et vente
location de véhicules
station service de carburant et de lavage


Tout ce qu'il faut pour vivre confortablement!
Haut